30 avril 2019

On ne cesse de l’entendre et de le lire, le moment est idéal pour acheter un bien immobilier. Taux bas, banques conciliantes, réforme de la législation entourant l’assurance de prêt sont autant d’arguments qui encouragent l’accession à la propriété. Mais que faut-il acheter précisément ? Face à une offre qui s’essouffle parfois et aux prix des biens à la vente qui frôlent avec les sommets, la construction aurait-elle le monopole des bonnes affaires ? Exemple à Toulouse.

Immobilier neuf : des frais de notaire réduits

Acheter oui, mais pas n’importe quoi. Les porteurs de projets immobiliers l’ont bien compris et tentent de concilier bien idéal avec respect du budget et du reste à vivre. Pourtant, il est parfois difficile de s’y retrouver. Face à ce constat, un jeune couple vivant a proximité de Toulouse a fait le choix de l’immobilier neuf.

Après trois années de recherches d’un bien ancien, les concubins ont finalement arrêté leur choix sur la construction d’une maison en proche banlieue toulousaine. Ils ont ainsi pu économiser pas loin de 30 000 €. Sur les frais de notaire d’abord. Il faut dire que ceux qu’on appelle également les frais d’acquisition représentent environ 8 % du prix de vente d’une habitation ancienne contre seulement 2 à 3 % lorsqu’il s’agit du neuf.

Plusieurs milliers d’euros d’économie grâce aux PTZ pour les primo-accédants

Le couple n’ayant pas acheté de résidence principale dans les 2 ans précédant son acquisition, il a pu bénéficier du statut de primo-accédant et ainsi contracter un prêt à taux zéro (PTZ), soit un total de 19 000 € d’économies supplémentaires grâce à l’absence d’intérêts sur une partie de leur crédit immobilier.

Pour rappel, situées en zone B1, Toulouse et sa banlieue permettent le financement d’une opération immobilière neuve jusqu’à 40 % grâce au PTZ. Pour un couple sans enfants dont le projet se porte à 150 000 €, le PTZ peut donc représenter jusqu’à 75 600 € en zone B1. Une opportunité qui concerne plus de 70 communes de Haute-Garonne dont Toulouse et des villes comme Balma, Blagnac, Colomiers, Cugnaux, Labège, Plaisance-du-Touch, Tournefeuille et L’Union. À noter que le zonage est identique à celui du dispositif de défiscalisation Pinel.

Si le ménage avait décidé d’établir sa résidence principale dans l’un des 12 quartiers prioritaires de la ville rose, il aurait également pu bénéficier du Pass accession toulousain qui accorde, à condition de respecter les plafonds de ressources et d’éligibilité, 6 000 € pour un investissement immobilier ancien et jusqu’à 10 000 € pour du neuf. Enfin, un dégrèvement de la taxe foncière est appliqué sous certaines conditions aux propriétaires de résidences principales ou secondaires neuves ou en VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement). Une mesure qui s’applique pendant deux ans.

Plus d’Actualités